L’Arbre de Noël de Michel Bataille – Avis lecture

Riche homme d’affaires franco-américain, Laurent Ségur est heureux de présenter sa nouvelle compagne, Catherine Graziani, à son jeune fils, Pascal, dix ans, dont la maman est morte accidentellement. C’est le début des vacances d’été. Pascal veut les passer en Corse. Là, au bord de la mer, son père et lui voient exploser un avion militaire dont le pilote a pu larguer en parachute le précieux chargement : une bombe atomique. Irradié, Pascal est atteint de leucémie et n’a plus que six mois à vivre. Laurent, qui doit son propre salut au fait d’avoir été sous l’eau au moment fatidique, décide d’offrir à l’enfant la vie la plus merveilleuse qui soit et l’emmène vivre au château qu’il a acheté, où les attendent Verdun, qui fut son compagnon de résistance, et la vieille gouvernante Marinette.

Mon avis :

Qui de ma génération ne se souvient pas de ce film magnifique et émouvant : L’Arbre de Noël ? Bourvil nous démontrait qu’il n’était pas seulement un acteur de comédies, mais tout simplement un grand acteur. Loin des clichés des téléfilms de Noël où les héros rencontrent l’amour, ce long-métrage nous conte plutôt la mort prochaine d’un enfant atteint de leucémie.

Lorsque j’ai trouvé le roman sur une brocante, je n’ai pas hésité un seul instant à l’acheter. Mais voilà… je n’ai pas réussi à accrocher au roman de la même manière qu’au film.

L’auteur m’a perdu dans son approche très compliquée de Laurent, le père, un homme solitaire, autant dans ses pensées que ses réflexions. La relation père/fils telle qu’elle est décrite dans le film passe presque inaperçue. La plume est poétique, j’ai même lu sur un autre avis qu’elle était extraordinaire. Peut-être suis-je une lectrice trop ordinaire pour ne pas avoir saisi le sens de cette écriture ? Les réactions de l’enfant m’ont quelques fois gênée, je pense qu’ils peuvent être plus courageux que les adultes vis-à-vis de la maladie, mais ici, il me semble tout de même très mature pour son âge, même si je reconnais que certains enfants sont parfois plus adultes que les adultes eux-mêmes.

L’histoire reste poignante, même si elle ne m’a pas laissé un souvenir et des émotions aussi inoubliables que le film.

Le saviez-vous ?

Il s’agit d’un des derniers films de Bourvil, mort en septembre 1970. Pendant ce tournage, l’acteur apprendra qu’il souffre d’un cancer.

Chaque année, nous avons droit au film sur le petit écran. Une année sur trois, je le regarde et je me dis : cette année, je ne pleurerai plus. Depuis le temps que je connais la fin, je suis blindée. Hé, non. Dès que j’entends le hurlement des loups, je vide la boîte de mouchoirs ?

Et vous ? Vous l’avez lu, vous avez vu le film ? Vous aussi, vous pouvez pleurer en relisant le même livre ou en visionnant le même film alors que vous connaissez la fin ?

Jc

Pour acheter le DVD, c’est ici

Image par Willgard Krause de Pixabay 

Michel Bataille - Jc Staignier

Nationalité : France

Michel Bataille, né le 25 mars 1926 à Paris et mort le 28 février 2008 à Clamart est un écrivain français.
Il réalise des études d’architecture à l’école nationale supérieure des Beaux-Arts. En 1947, il obtient le prix Stendhal pour son premier roman Patrick. En 1950, après La Marche du soleil, il cesse d’écrire. Treize ans plus tard, il abandonne son activité d’architecte et se consacre à l’écriture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s