Festival des Pipelettes 2022 – Bilan

Quelle angoisse pour un auteur de rédiger le bilan d’un salon littéraire dès son retour. Les cernes et les poches témoignent souvent de notre fatigue, même si on peut affirmer que l’exercice ne demande pas d’efforts physiques contraignants. La crainte, pour éviter coups et blessures, reproches ou larmes, est de tenter de n’oublier personne en citant nos magnifiques rencontres.

Pour commencer par le début, une logique implacable pour tout commencement, je remercie l’organisatrice Julie Heuduin d’avoir réussi à nous offrir un week-end de folie. Merci également à ses assistants et assistantes Pipelettes qui l’ont aidée dans son projet fou de réunir autant d’auteurs dans un coin perdu de la campagne. N’oublions jamais ceux qui nous servent à boire et à manger. Personnellement, j’omets rarement de remercier la main qui me nourrit : merci aux personnes qui ont cuit les viandes et servi les boissons d’auteurs assoiffés et affamés. Merci aux amies de Julie qui lui ont prêté main forte tout au long de ce festival.

Vous êtes auteur et vous seriez intéressé par un prochain salon, voici le lien du groupe privé : Les Pipelettes du 80 . Je vous présente l’organisatrice en photo. La rousse bien enrobée sur le côté, c’est moi.

Voici la présentation de mes romans pour ce festival. Pour les quatre mains édités par BMR éditions, merci aux deux dames de la librairie qui sont restées fidèles à leur poste tout ce week-end. Merci également à mon éditrice Emi Achin de me laisser exposer ces deux romans à son stand, alors qu’ils ne sont pas publiés dans sa maison d’édition. Je tiens à souligner sa gentillesse, car ce genre de geste altruiste provient souvent des éditeurs de petites maisons d’édition.

Pour la première fois, je dédicaçais aux côtés de mes collègues de Plumes de Mimi éditions et de son éditrice, Emi Achin : Stéphanie Delecroix, Linda Catherine, Andréa Clarke, Jenny Bee et Lyhana M-Chrislan.

Les rencontres avec les lecteurs et les chroniqueuses nous promettent toujours de merveilleux moments. Pour la première fois, j’ai pu enfin rencontrer Valérie Labaume avec qui je suis amie sur Facebook depuis de nombreuses années sans avoir pu la toucher ! C’est fait ! Je l’ai palpée comme un Saint objet ! 😂 J’ai pu rencontrer également Alex Soledad, Aurore de les.livres.de.laube sur Instagram – une page que je vous encourage vivement à suivre – mais aussi Clémence, Christine, Mélanie du groupe Badass Romance, Ange Codru et Ln Fraser Evans des Heart Hanea’s Book ainsi que leurs porteurs (entendez par là, leurs maris), Lyra-Chat Soumassiere, sans oublier Virginie Dorschner qui accompagne toujours sa soeur Priscilla en salon et qui devient aussi célèbre qu’elle.

Une magnifique surprise s’est invitée dans la liste, ma cousine de Rouen, Karine, est venue me rendre visite. Un plaisir immense qu’elle m’a accordé.

Comme à chaque salon, des retrouvailles avec des amis auteurs, mais j’ai aussi rencontré Laura Black pour la toute première fois et j’ai pu discuter un peu avec Julianna Hartcourt, Allison B, Arizona Brooks. Hélas, mon photographe attitré (entendez par là mon compagnon avait disparu je ne sais où – à mon humble avis, en train de traîner du côté du salon érotique interdit au moins de 18 ans.

Très heureuse de revoir Peggy LS, Jane Yam, Emy Lie, Priscilla Dorschner, Manon T auteur, Artham Kwisatch et Sonia Sonia Saint Germain. Lorsque je vois le peu de photos, je chante : mais où est passé mon photographe ? Jamais là quand il faut celui-là !

Je remercie les membres des Pipelettes du 80 qui ont voté pour ma saga Le Destin des cœurs perdus. J’ai reçu la palme de la Romance Historique. Si vous lisez ce message, je dois en vendre des millions d’exemplaires pour honorer mon prix, je répète des millions d’exemplaires. À votre bon cœur et à vos poches messieurs dames ! 😂

Cette année, les lectrices ont pu écouter les confessions sur le transat.

Pour le sujet Maison d’édition : long fleuve tranquille ou parcours du combattant, participaient à la séance :

Emi Achin pour Plumes de Mimi éditions

Didier de Vaujany pour Elixyria

Allison B pour First Fligth éditions

Anaïs Mony pour les éditions Caméléon

Leticia Maud Joguin Rouxelle pour Encre de Lune

Pour terminer la photo de groupe du salon. Si vous me cherchez, je n’y suis pas. Non, je n’ai pas été bannie du festival pour mauvais comportement. Simplement, je bavardais encore de l’autre côté de la cour…

En bonus, je partage toujours le logement ou l’hôtel occupé pendant mes séjours en France. Cette fois, j’avais choisi une nuit en chambre d’hôtes à l’établissement Ochiga situé à Sailly-Laurette, à quelques minutes seulement du salon.

Des propriétaires très sympathiques, une chambre spacieuse et propre, un petit-déjeuner varié. Que demander de plus ?

Article rédigé par Jc Staignier auteur et journaliste pour le Festival des Pipelettes 2022

2 commentaires sur « Festival des Pipelettes 2022 – Bilan »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s