Onomatopée

Merci à Sophie Eloy, Ma Plume correctrice, pour la rédaction de cet article.

Qu’est-ce qu’une onomatopée ?

Les onomatopées sont des interjections particulières inventées pour imiter un son et le retranscrire. Ces petits mots rendent votre texte plus vivant et plus réaliste.

L’onomatopée est un « mot inventé qui imite le cri d’un animal ou le bruit d’une personne ou d’une chose ».

L’onomatopée et l’interjection sont souvent confondues. En fait, l’onomatopée entre dans la catégorie grammaticale de l’interjection. Elle peut être utilisée comme interjection (le coq fait cocorico!) ou comme nom (le cocorico du coq). L’interjection est un « mot invariable isolé qui traduit un sentiment, une émotion, un ordre » (hélas, chut, oh).

L’interjection n’est pas toujours une onomatopée. À titre d’exemple, les mots suivants sont des interjections, mais pas des onomatopées, car ils n’imitent pas un bruit en particulier :

· Hélas ! ( interjection de plainte exprimant la douleur, le regret)

· Coucou ! ( cri des enfants qui jouent à cache-cache, de quelqu’un qui annonce son arrivée inattendue)

· Tchin-tchin ! ( mot que prononcent les gens qui trinquent; viendrait de « tsing tsing », qui signifie « salut » en pidjin, un dialecte chinois)

· Zu t! ( exclamation exprimant le dépit, la colère; interjection provenant probablement d’une onomatopée)

À l’inverse, une onomatopée n’est pas toujours utilisée comme interjection. Par exemple, le mot glouglou n’est employé que comme nom commun masculin.

→ Interjection et point d’exclamation

En général, les interjections sont immédiatement suivies d’un point d’exclamation, même à l’intérieur d’une phrase :

· Ah !

· Aïe !

· Chut !

· Ha, ha, ha !

· Hé hé !

· Oh !

· Ouf ! j’ai eu chaud !

Toutefois, lorsque deux interjections (ou plus) se groupent pour former une locution interjective, on place un point d’exclamation seulement après la dernière interjection, à la fin de l’énoncé.

· Oh oui !

· Non mais !

· Eh là !

· Eh bien !

· Oh là là !

· Ah non! Vous ne recommencerez pas ça !

· Pas possible !

Si le deuxième élément exprime une idée distincte, les deux éléments sont séparés par un point d’exclamation :

· Non ! Vraiment !

· Ah ! Ouf !

Si l’interjection est répétée, on place généralement le point d’exclamation après le dernier élément répété et on sépare les autres d’une virgule :

· Ah, ah ! C’est maintenant que tu avoues !

· Ha, ha, ha ! que tu es drôle !

· Brrr, brrr ! Il fait froid dehors !

Lorsque l’interjection est répétée, les possibilités sont infinies en ce qui concerne tant la répétition du signe d’exclamation que l’emploi de la majuscule : tout dépend de l’effet que l’on veut obtenir. Si l’on veut appuyer sur les interjections, on peut soit les écrire chacune avec une majuscule, soit répéter le point d’exclamation, ou utiliser les deux procédés à la fois. Si l’on veut accélérer le rythme, notamment pour imiter le rire, on peut même supprimer la virgule. Bref, toutes ces possibilités sont admises :

· Ha, ha, ha !

· Ha ! Ha ! Ha !

· Ha ! ha ! ha !

· Ha ha ha !

→ Après Ô

L’interjection ô, aussi appelée ô vocatif, peut servir à interpeller ou à invoquer. On ne met jamais de point d’exclamation après Ô. Cependant, cette interjection commande la présence d’un point d’exclamation en fin de phrase :

· Ô désespoir !

· Ô combien j’espère vous revoir !

→ Accord en nombre

Employée comme interjection, l’onomatopée reste invariable.

· L’oiseau fait cui-cui dans son nid.

Employée comme nom, elle prend généralement la marque du pluriel. Les sons répétés sont soudés selon la nouvelle orthographe :

· les cuicuis des oiseaux dans le parc

· les tictacs de l’horloge

Toutefois, certains mots aux sons répétés s’écrivent encore avec un trait d’union. Ils sont généralement invariables :

· les coin-coin des canards

· les cui-cui

Mais il y a des cas flottants où le pluriel au dernier mot est attesté :

· des miam-miam

· des miam-miams

Les différentes onomatopées :

ahsentiment vif, insistance ou renforcement; marque la surprise, la perplexité, retranscrit le rire
aïedouleur ou répété : surprise désagréable, ennui
areu areupremiers sons du langage que le bébé émet en signe de bien-être
atchouméternuement
badaboumchute suivie de roulement
bangexplosion violente, éclatement d’un ballon ou tir d’un pistolet
Pan (pistolet); boum (canon); ra-ta-ta-ta (mitraillette)tir de canon, de mitraillette ou de pistolet
bè; bêbêlement (de la chèvre, du mouton)
blablabla; blablaverbiage
bofmépris, lassitude, indifférence
boumquelque chose qui cogne, tombe, explose (boum : tir de canon)
broumronflement et trépidation d’un moteur
bzzzvol des insectes (abeilles, moustiques) 
chutmurmure (se dit pour demander le silence)
clacbruit sec, claquement
coac coac; coa, coacri de la grenouille
cocoricocri du coq
coin-coincri du canard
cot cotgloussement, caquètement de la poule
cracbruit sec (choc, rupture), évènement brusque
croâcri du corbeau
cuicui; cui-cui; piou piou (poussin), cot cot (poule)pépiement d’oiseau
dingtintement, coup de sonnette
drelin, dring ou dingbruit d’une clochette, d’une sonnette, d’une sonnerie de téléphone
euhmarque le doute, l’hésitation, l’embarras, la recherche d’un mot
glouglou (employé seulement comme nom, pas comme interjection)bruit que fait un liquide qui coule dans un conduit, hors d’un récipient, cri du dindon, de la dinde
groin groincri du cochon ou du sanglier
grrrgrondement du chien ; exprime l’agressivité, la hargne
hadouleur, surprise (agréable ou non), rire (souvent répété)
ha ha; hi hi; ho ho; hé hé (ricanement)éclats de rire
hé; ehsert à interpeler, à appeler, à attirer l’attention
hi (souvent répété)rires ou parfois pleurs
meuhmeuglement de la vache
miam; miam-miamplaisir de manger
miaou, miaouscri du chat
ohmarque la surprise ou l’admiration, renforce l’expression d’un sentiment
Ouaf-ouaf; woufaboiement de chien
ouah; waouhadmiration, joie, jubilation
ouch; aïe; ouilledouleur, surprise ou mécontentement
oufsoulagement
ouinbruit de pleur, de sanglot
oupsexprime la surprise face à une bêtise, une gaffe, un raté
pafbruit de chute, de coup
pff; pfft; pfut…exprime l’indifférence, le mépris
pin-ponbruit des avertisseurs à deux tons des voitures de pompiers
plic; plic plocbruit d’une goutte d’eau qui tombe
plouf; ploc; flocbruit de chute dans l’eau ou d’un plongeon
proutbruit de pet
pschitt; pschit; pschtbruit d’un liquide qui fuse, qui jaillit, comme du champagne
psitt; psstbref sifflement qui sert à appeler, à attirer l’attention
ronronronflement sourd et continu, ronronnement du chat
smackbaiser sonore
snifbruit de reniflement, symbolisant la tristesse
tchou tchouu; tagadam; tougoudoumbruit du train ou des roues sur le rail
tic-tac; tictacbruit d’une horloge ou d’un autre mécanisme semblable
toc; toc-tocbruit lorsqu’on frappe à la porte
toc-toc; boum-boumbattement de cœur
tsoin-tsoin; tsointsoinimite de façon comique un bruit d’instrument à la fin d’un couplet
vlanbruit fort et sec
vouh; wouuuhbruit du vent
vroumbruit d’un moteur qui accélère
Zzzz….bruit continu qui vibre légèrement, comme un bourdonnement d’insecte, un ronflement, le bruit d’un coup de fouet, etc.

Retrouver sur mon blog tous les articles concernant l’Aide à l’écriture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s