Les Damoiselles de Castel Dark – Chronique de Lectures évasion

Je m’appelle Patricia, chroniqueuse littéraire depuis quelques années.

Je suis passionnée, lorsque j’entreprends quelque chose, je m’y mets sérieusement.

Je vous invite dans mon univers. Vous y trouverez mes lectures, mes chroniques, mes avis.

Un lieu de partage convivial.

Résumé :

Angleterre, 1390.

Par ordre du roi, les trois filles aînées du comte Clayton de Percival se rendent à Hill House pour rencontrer le duc de Templeton. Lorsque les portes du château se referment sur Mary, Jane et Ilyana, elles ignorent que leur destinée vient de basculer.

À Castel Dark, le domaine familial, Aelis, la benjamine au caractère rebelle tente de s’imposer dans une société où les hommes dominent.

Entre l’amour, la passion et la haine, les damoiselles de Castel Dark trouveront-elles le courage d’affronter leur avenir ?

Avis : 

Je remercie Something Else Éditions ainsi que J.C Staignier de m’avoir confié son service presse. En général, je ne suis pas une adepte des romances historiques, pourtant j’ai choisi de tenter l’aventure et je suis conquise.

L’histoire débute en 1390 en Angleterre, où nous allons faire la connaissance du Comte Clayton de Percival et de sa famille. Nous suivrons plus particulièrement le destin tourmenté de ses quatre filles : Mary, Jane, Ilyana et Aelis.

Mary et Jane les deux aînées sont dociles et se plient aux convenances. Iliana a un caractère plus affirmé, elle refuse de se laisser manipuler. Quant à Aelis, c’est une petite rebelle à la langue bien pendue qui ne recule devant rien.

L’auteure nous offre une intrigue très bien orchestrée et très rythmée. Aucun temps mort, des rebondissements à la pelle. Sa plume est fluide, addictive et elle fait preuve d’un sens de l’humour fort appréciable.

La plupart des personnages masculins sont abjects et méprisent la gente féminine. Je me suis souvent dit : « Oh mon Dieu vivre à cette époque là, quelle horreur ! ». Beaucoup de femmes du XXIe siècle auraient terminées sur le bûcher, moi la première.

Au fil des pages, nous mesurons le chemin semé d’embûches de ces pauvres Damoiselles de Castel Dark. L’auteure décrit avec justesse des scènes quotidiennes de violences commises en ce temps-là : crimes sanglants, règlements de comptes, violences conjugales…

Pourtant, un homme sortira du lot : un certain Emmet Kane. Si au début, il paraît aussi rustre que ses congénères, au fil du récit il apparaît sous un autre jour…

L’amour a-t-il encore une signification dans ce monde de brutes ? Certainement…

Un récit captivant, dépaysant et très instructif.

Un premier tome très prometteur qui suscite une panoplie d’émotions diverses et variées. L’auteure nous concocte un final époustouflant que je n’ai absolument pas vu venir et qui me laisse sans voix ! Comment J.C Staignier peut-elle nous laisser dans l’incertitude la plus totale ?

Un roman a découvrir sans modération. Le premier d’une saga de tout les possibles.

Extraits et citations :

Elle posa la main sur le front de son père comme pour en extirper sa force. Elle seule remarqua la brume légère émanant du corps qui se faufilait lentement dans le sien. Elle sécha ses larmes tout en redressant le menton avec courage. Son destin venait de se sceller. Le chemin à suivre serait difficile, mais elle se sentait prête à lutter contre l’adversité.

Au cours de cette tragique journée, Aelis de Percival abandonna le statut de l’enfance pour adopter celui d’une adulte.

La menace sembla porter, il relâcha son étreinte. Aelis en profita pour se pencher vers l’une de ses bottes d’où elle extirpa un couteau. Elle le pointa sur le cou de Robert. La lame entama sa chair fragile, le sang traça une ligne rouge sur sa peau.
 
— Touchez-moi encore et je vous tue !
 
Aelis se réjouit de l’effroi exprimé dans son regard. Si elle n’avait craint d’être arrêtée pour le meurtre de ce misérable, elle aurait même mis sa menace à exécution pour venger la pauvre fille sacrifiée sur un bûcher juste parce qu’elle s’était refusée à lui. Elle se contenta d’abandonner l’homme sur le perron pour grimper sur sa monture et s’élancer au grand galop vers Castel Dark. Robert massa sa nuque endolorie en fixant le sang sur son pourpoint.
 
— Diablesse ! maugréa-t-il en la regardant disparaître au loin.

Note : 5/5

Pour retrouver le blog de Lectures évasion, c’est ici

Pour retrouver sa page FB, c’est ici

Pour acheter Les Damoiselles de Castel dark, cliquer sur la photo :

Source gif : PicMix Yuliette5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s