Les Damoiselles de Castel Dark – Chronique de Coco de lecture

Partageuse dans l âme, apprendre à connaître l’autre dans ses écrits… Un véritable bonheur

Mon avis

Avant toute chose, je dois préciser ceci : faire cette chronique n’a vraiment pas été facile, non pas parce que le livre ne m’a pas inspiré, mais plutôt parce qu’il y avait beaucoup à dire mais bien entendu, je devais faire attention à ne pas dévoiler les intrigues de ce roman.

Nous voici en présence d’une famille composée de 2 parents qui s’aiment Clayton de Percival et d’Alix et de leurs enfants : Anton, Thomas, Mary, Jane, Ilyana et Aelis.

Ils forment une famille unie qui reste une exception de part le respect qu’ils manifestent face aux petites gens, aux fermiers. Ils aident leur prochain et ne prennent personne de haut alors qu’ils sont des nobles. Les enfants sont élevés dans le respect de leur prochain et sont très entourés par leurs parents qui les aiment d’un amour inconditionnel.

Les enfants sont tous différents. Anton est un véritable coureur de jupons, il a comme qui dirait une fille dans chaque port mais….. Thomas est plutôt genre fleur bleue, le nez en l’air qui est amoureux fou de Caroline. Mary et Jane sont superbes, se ressemblent tellement qu’on pourrait les prendre pour des jumelles, elles sont souvent ensemble et n’ont qu’une seule envie : se marier et fonder une famille. Ilyana ne voit le mal nul part, pour elle, tout le monde a un bon fond comme elle et sa famille et quant à Aelis, c’est la petite dernière, la rebelle, celle qui a un caractère bien trempée et qui sait ce qu’elle veut et bien entendu elle n’a pas l’intention de faire comme tout le monde…. Autour de cette famille, il y a de nombreux personnages ultra importants comme Sir Emmet Kane, William de Percival, Sir Jonal Elder, Arthur de Templeton pour n’en citer que quelques uns. Mais il y a un personnage qui toute son importance dans la vie des Percival : Eryne…Mais je ne vous en parlerai pas afin de vous laisser la surprise de la découvrir…

Voilà j’ai levé une partie du voile sur les personnages qui vont vous accompagner tout au long de votre lecture.

J’ai eu l’occasion de lire ce roman avant sa sortie et sa correction et j’ai lu la version définitive au moment de sa sortie et voici mon avis: 

Ce roman est un excellent mixte de gentils et de méchants, tout est parfaitement équilibré. Mais celui qui m’a fait « tilt » direct c’est Arthur: il m’a fait pensé à l’anti héros par excellence de Game of Thrones: Joffrey Baratheon. Ils sont méchants, tyranniques, égoïstes et sont des tortionnaires de premier ordre. Purée… Mais ce sont ces personnages qui donnent du piquant au roman ou à la série. Mais le pire, c’est qu’il a un visage d’ange mais il a le mal en lui a l’état pur et l’une des filles de Percival va en faire les frais. Laquelle? Je ne vous le dirai pas. Bien entendu, il n’est pas le seul sinon ça serait trop facile. Car les méfaits commis par « ces méchants » vont donner des répercussions sur la vie de chacun des membres de la famille ou amis. Parmi les gentils, le personnage qui m’a interpellé c’est Aelis. Elle est surprenante, déterminée, têtue, adorable mais un caractère à ne pas piquer des vers comme on dit. 

Ce roman regroupe à lui seul tous les éléments nécessaires pour faire un excellent roman historique grâce aux différentes descriptions des lieux, des personnages, des événements et en respectant les codes d’usage de l’époque. J’ai ressenti un grand investissement de la part de cette auteure à vouloir rendre crédible cette histoire. Les dates, les lieux, les décors et le temps qu’il faut par exemple pour envoyer « un courrier » sont crédibles. Et ce que j’ai fortement apprécier, c’est le vocabulaire du temps des châteaux. J’ai appris de nouveaux termes comme: ricasser, sexte etc… pour ne citer que ces 2 là.
Mais le point fort : c’est l’âge des protagonistes…. Ça je dois dire que j’ai eu un peu de mal à m’habituer. Il est vrai que lorsque l’on regarde une série, les héros ont un âge correspondant au nôtre : vous verrez le roi qui a la cinquantaine, les filles ont dans la vingtaine hors qu’en réalité, en ces temps-là: ils ne vivaient pas vieux donc ceux que l’on prend pour des adultes n’ont que 12 à 15 ans maximum mais ont la maturité des adultes d’aujourd’hui. J’ai été scotchée…. 
Rien que pour ça , le roman sort de l’ordinaire (enfin pour moi). Il met les points sur les « i » sans avoir peur de choquer certaines personnes car pour nous 12-15 ans ce sont des mômes alors que durant l’époque médiéval c’étaient des adultes dans des corps d’enfants car ils mouraient jeunes (vers 35 ans on est déjà vieux à cette époque-là). Mais je dois dire que l’histoire met aussi en avant la femme à proprement parler car on a souvent tendance à les reléguer au rang de femme au foyer qui faisaient ce que les hommes décidaient. Durant toute l’épopée, on découvre différentes femmes avec des caractères soumis, amoureuses mais aussi fortes et qui prennent les choses en main quand c’est nécessaire. Une autre chose surprenante, c’est de découvrir qu’un homme au coeur dur comme la pierre suite à son enfance peut ressentir divers sentiments grâce à la ténacité d’une femme au caractère fort, puissant mais dont l’amour inconditionnel va aider au changement de ce rustre. Au jeu du « je t’aime moi non plus », ce couple est très fort.

Je tire mon chapeau à Jc Staignier pour ce premier roman qui convaincu que la romance historique pouvait m’apporter de nouvelles émotions à partir du moment où l’histoire est crédible et que l’auteure y met son coeur. Une histoire forte, tendre, intemporelle d’une famille pas comme les autres pour cette époque-là et pour cette touche d’originalité concernant Eryne….
J’ai été émue et maintenant je suis dans l’impatience de lire le roman suivant… très bientôt j’espère.
PS: je m’excuse pour cette chronique sans dessus dessous mais parfois il vaut mieux que j’écrive ce que je pense au moment que je le pense en essayant de ne pas expliquer toute l’histoire…

Coco

Pour retrouver Coco de lecture sur ses réseaux sociaux :

Pour retrouver ses chroniques sur les autres tomes de la saga :

La Rebelle de Castel Dark

Les Héritiers de Castel Dark

La Soeur maudite de Castel Dark

La Malédiction de Castel Dark

Source gif

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s