Mariage entre cousins germains, un sujet tabou ?

Lors de la lecture de ma saga Le Destin des cœurs perdus, certains lecteurs ou chroniqueurs m’ont fait part de leur malaise par rapport à une histoire d’amour qui se tisse entre cousins germains.

L’un d’eux s’est posé la question : est-ce que je cautionnais ou pas ce genre de relation considérée par certains comme un sujet tabou ? Je vais tâcher de répondre à son interrogation le plus honnêtement possible.

En premier, je lui dirai : qui suis-je pour juger l’amour ? Du moment que cette relation est consentie et que les cousins éprouvent un véritable amour l’un pour l’autre, je ne me permettrais pas de porter la moindre critique sur leur relation.

En deuxième, je suis toujours étonnée de ce monde qui se veut moderne et ouvert et, qui pourtant, se choque de la moindre situation amoureuse qui sort des clous. Les personnes les plus virulentes ou les plus choquées au sujet de cette relation lisent sans problèmes des histoires d’amour homosexuelles (attention, je n’ai rien contre également, mais soyons honnêtes, ces relations ne sont pas plus dans la « norme » que celles entre cousins germains) ou encore des dark romance où la femme n’est pas toujours consentante.

En troisième, je vous conseillerai également de ne pas lire un roman en tentant de vous identifier aux personnages. Les personnes qui se choquent de cette relation s’imaginent avec leur propre cousin et se disent : oh, non, pas possible ! Moi non plus, je ne m’imagine guère avec mon cousin, mais ce n’est pas parce que moi, je ne pourrais pas, que mes personnages doivent s’empêcher de s’aimer.

Pour terminer, mes deux personnages principaux sont un hommage à ma grand-tante Marie et à son mari Jules, des cousins germains et aussi des époux. Elle avait à peine treize ans lorsqu’un chauffard l’a renversée sur le trottoir alors qu’elle sortait de la pharmacie. Handicapée à vie, elle a su remarcher grâce à une prothèse très inesthétique à cette époque. Honteuse de son infirmité, qui mieux que son cousin a pu la réconforter ? Qui a osé lui avouer qu’il la voyait toujours aussi belle malgré son handicap ?

Leur couple m’a fortement marquée pendant mon enfance, car il était très solide. Je ne peux même pas les imaginer l’un sans l’autre. Je me souviens de leurs rires, de leur complicité et de leur amour. Ils ont fait le choix de ne pas enfanter afin d’éviter les diverses complication qui pouvaient résulter d’un mariage consanguin, mais à la place, ils se sont occupés de tous les enfants de la famille avec un amour profond et sincère.

Alors, si vous voulez savoir si je valide les relations entre cousins germains (j’insiste sur la relation consentie et non obligatoire), vous comprendrez à la lecture du texte ci-dessus que la réponse est oui. L’amour n’a pas de barrière, du moins, pas de barrière que des gens amoureux soient incapables de franchir.

Extrait Les Héritiers de Castel Dark

Lali flânait au jardin, soupirant après l’été, désireuse de contempler les rosiers dont la floraison présenterait une variété étonnante de coloris, du blanc le plus cristallin au rouge le plus vif. Arrivé quelques minutes plus tôt, William s’extasiait sur sa beauté, sur la délicatesse de ses traits. Au plus loin de ses souvenirs, il pouvait affirmer qu’il l’avait toujours aimée. Son corps blotti contre le sien, elle seule l’avait aidé à guérir de ses nombreuses maladies. Malgré l’interdiction de leurs parents, il avait rejoint sa chambre presque toutes les nuits. Quelques années plus tard, Lise lui avait expliqué avec patience l’inconvenance de cette situation : une fille et un garçon ne pouvaient pas dormir ensemble. William avait souffert de cette injustice. Depuis toujours, le rire de Lali le transportait, ses larmes le chagrinaient. Il s’empressait de satisfaire le moindre de ses caprices et le baiser de la petite fille devenait la plus belle de ses récompenses.

Quelle est la différence entre un cousin et un cousin germain ?

Les Cousins germains ont un grand-père et une grand-mère en commun ; ils sont les enfants nés d’oncles ou de tantes. Les Cousins issus de germains partagent les mêmes arrière-grands-parents. Ils sont les enfants nés de cousins germains.

Un peu d’histoire

En France, avant le  IXème siècle, il était courant d’épouser son cousin ou sa cousine afin de consolider les alliances familiales et de ne pas disperser les terres. Par la suite, ce genre d’union devient un privilège accordé seulement aux grands de la noblesse. Selon les rois et les papes de chaque époque, ces mariages sont approuvés ou désapprouvés…

Au XVIIIe siècle, la pratique était encore relativement courante à la campagne en France (5 à 10 % des mariages).

Qu’en est-il à notre époque ?

Il n’y a pas d’interdiction pour un mariage entre cousins germains parents au 4e degré, mais cela reste relativement rare même si c’est autorisé par la loi. D’un point de vue religieux, il faut une autorisation spéciale du pape.

La consanguinité entre cousins germains est-elle dangereuse pour leur progéniture ?

D’après certaines études, il en ressort que le risque d’anomalie congénitale est multiplié par deux, même s’il reste assez faible (6 % au lieu de 3 %). Selon d’autres études, le risque d’avoir un enfant atteint d’un handicap mental ou physique est majoré de 50 % pour les couples de cousins germains ou issus de germains. Peut-on dire pour ces couples que tout est une question de chance ?

Exemples de célébrités mariées entre cousins germains :

1660 : Louis XIV et Marie-Thérèse d’Autriche (une cousine doublement germaine)

1839 : Charles Darwin et Emma Wedgwood

1840 : La reine Victoria et le prince Albert de Saxe-Cobourg-Gotha 

1919 : Albert Einstein et Elsa Einstein

1957 : Jerry Lee Lewis et Myra Gale Brown (double scandale, car il avait 22 ans et elle 13…)

Des articles intéressants pour vos recherches sur les mariages consanguins entre cousins :

Histoire/Généalogie : Les mariages dans les familles royales

Famille et pouvoir dans le monde Franc : Classer les parents : la terminologie de parenté

Futura : Consanguinité : est-ce dangereux d’épouser son cousin ?

OOreka : Mariage consanguin

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à me laisser un petit message pour me donner vos impressions.

Jc

Pour me suivre sur mes réseaux sociaux :

2 commentaires sur “Mariage entre cousins germains, un sujet tabou ?

Ajouter un commentaire

  1. Je suis assez surprise que cette relation ait choqué… À la lecture, elle m’avait parue très naturelle, spontanée, quasiment évidente. En outre, elle s’inscrit dans le contexte médiéval de la saga. Pour moi le lien de parenté ne m’a pas questionnée le moins du monde !

    Aimé par 1 personne

    1. Plusieurs chroniqueuses et lectrices qui ont été choquées par cette relation m’en ont fait part. Le problème des lectrices qui s’identifient aux personnages… Le mieux est de ne jamais se comparer à un personnage de fiction, une « erreur » que je ne commets jamais à la lecture d’un roman. J’essaie vraiment de rester « externe », d’être spectatrice et non de me mettre à la place de l’héroïne. Avec mon fichu caractère, mes héroïnes ressembleraient toutes à Aelis… Ce serait d’un ennui !

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :