À la découverte de Plumes de Mimi éditions

Ses auteurs vous le confirmeront, l’éditrice de Plumes de Mimi éditions est considérée comme une personne à l’oreille attentive et qui respecte leurs besoins, dans la limite du possible, bien évidemment.

La maison d’édition Plumes de Mimi éditions a été fondée en 2018 par Émi Achin. Je vous propose de la découvrir grâce à une présentation, une interview de l’éditrice et l’avis de plusieurs de ses auteurs.

La maison d’édition :

« Chez Plumes de Mimi éditions, nous travaillons ensemble pour parfaire et faire naître votre ouvrage. Ainsi, il correspond à vos attentes et à celles de vos lecteurs.
Nous adaptons nos services à vos besoins pour répondre à tous vos souhaits, que nous nous engageons à respecter.
Nous travaillons en toute transparence et mettons un point d’honneur sur la relation entre l’auteur et l’éditeur.
Vous pouvez envoyer vos manuscrits toute l’année à l’adresse : plumesdemimieditions@gmail.com ».

La sélection :

« Dans un premier temps, nous étudions votre manuscrit afin de nous assurer qu’il entre bien dans une de nos catégories éditoriales. Nous vérifions qu’il respecte nos valeurs morales et que le déroulement de l’histoire soit cohérent, puis nous prenons contact avec vous pour vous faire part de notre décision. »

La préparation :

« Avant de laisser votre roman prendre son envol, nous nous assurons de ne laisser aucune faute. C’est pour cela que nous faisons une vérification professionnelle et que nous apportons les modifications nécessaires, sans modifier l’histoire en elle-même ! Si nous avons des suggestions, nous prenons contact avec vous afin de vous les proposer.
Lorsque nous avons terminé la préparation de votre manuscrit, nous vous envoyons le fichier et attendons votre accord et vos éventuelles demandes, avant de le valider définitivement. »

L’édition :

« Nous nous chargeons du dépôt légal de votre manuscrit à la Bibliothèque Nationale de France, de l’attribution des ISBN, de la création du fichier numérique pour l’ebook et aussi de la distribution physique et numérique.
Nous travaillons en étroite collaboration avec notre imprimeur français et régional, qui offre une qualité supérieure à nos livres. »

La promotion :

« Nous vous faisons une publicité importante sur les réseaux sociaux et sur notre site. Nous diffusons la date officielle de sortie et proposons des précommandes via notre boutique en ligne. Puis nous organisons régulièrement des concours afin de faire gagner des exemplaires de votre œuvre et ainsi, la faire connaître à un public plus large.
Nous démarchons également les espaces culturels, médiathèques et librairies, puis nous vous proposons des séances de dédicaces lors des salons et événements auxquels nous participons. »

Présentation d’Émilie Achin, gérante – éditrice – auteure

« D’abord connue pour être auteure de romance sentimentale et dramatique, Émilie Achin sait fidéliser ses lecteurs grâce à sa plume fluide et ses personnages attachants. Proche de ses lecteurs, elle fait régulièrement des séances de dédicaces et montre souvent sa présence sur les réseaux sociaux.
En 2018, elle crée Plumes de Mimi éditions pour donner une chance aux auteurs qui rêvent de voir leurs œuvres entre les mains de lecteurs.
Spécialisée dans la romance en tout genre, elle explore les différents thèmes pour les mettre en avant de la meilleure manière qui soit.
Toujours disponible pour répondre aux attentes des auteurs qui lui font confiance, elle travaille en toute transparence, dans la joie et la bonne humeur, mettant en avant la relation éditeur/auteur/lecteur. »

À présent, place à l’interview

Émilie, bonjour. Pour commencer pourquoi avoir créé ta maison d’édition sous le nom de Plumes de mimi éditions ? Je suppose que ce nom a sa petite histoire ?

Bonjour ! Alors, tout a commencé alors que j’autoéditais mes romans, tout en conjuguant ma vie professionnelle et ma vie de famille. Mon emploi ne me plaisait plus et je n’avais pas d’évolution possible, puis j’étais passionnée par l’édition en général (de l’écriture à la mise en pages en passant par toutes les étapes importantes). Lorsqu’il m’est devenu trop difficile de tout concilier, j’ai décidé, avec le soutien de mon conjoint, de me lancer. Pour fournir les meilleures prestations possibles, j’ai suivi de nombreuses formations sur tout ce qui tourne autour de l’édition et de la gestion d’une entreprise (juridique, comptabilité, marketing, gestion, communication…)
En effet, ce nom a sa petite anecdote. Quand j’étais en autoédition, sur les réseaux, je m’appelais Plumedemimi. Lorsque j’ai créé ma maison d’édition, mon objectif principal étant d’aider les nouvelles plumes à entrer dans le monde de l’éditions, il était naturel pour moi de l’appeler Plumes de Mimi éditions, puisque je prenais de nouveaux auteurs sous mon aile. Aujourd’hui, qu’elles soient débutantes ou non, mes auteurs aiment se faire appeler « les plumettes ».

Tu es une auteur prolifique, une compagne, une maman, comment fais-tu pour gérer tout ça ?

Tout simplement, je donne le temps nécessaire à chacun. Mes enfants passent leurs journées au lycée et au collège, et mon conjoint, au travail. Ce qui me permet actuellement de gérer la maison d’édition la semaine, de 7h30 à 18h, officiellement, car en réalité, c’est bien plus tard, mais je suis plutôt sur les réseaux sociaux. Le soir, devant la télé, alors le PC est éteint.

Le week-end, quand je n’ai pas de salon, je suis essentiellement avec ma famille, même si j’ai toujours un œil sur l’entreprise. Cela ne m’empêche pas d’aller voir mon fils jouer au foot, d’aller à la salle de sport avec ma fille, de cuisiner avec mon conjoint, de rendre visite à ma famille ou encore de recevoir nos proches. Je dois aussi avouer qu’étant entrepreneur, je peux me permettre de gérer mes horaires en fonction des imprévus de la vie quotidienne : enfants malades, grèves de profs…

Certains diraient qu’un bon éditeur ne peut être lui-même auteur. La raison en est simple : si tu écris toi-même, tu ne peux t’occuper pleinement de tes auteurs. Que répondrais-tu à cela ?


J’avais de nombreux manuscrits déjà écrits lorsque j’ai créé PDME, ce qui m’a permis d’éditer mes propres romans facilement. Désormais, je n’ai plus assez de temps pour écrire, alors je mets de nombreux mois, voire plusieurs années à terminer une histoire.

Les auteurs pointent souvent du doigt les « défaillances » des maisons d’édition. De ton côté, as-tu déjà été confrontée à des auteurs difficiles à contenter ?

Pas vraiment. En général, les auteurs aiment ma façon de travailler et de communiquer. Tout se passe bien pour la grande majorité des auteurs. Je ne dirais pas que je n’ai aucune faille, ce serait faux, mais j’arrive toujours à trouver des solutions. Parfois, ce n’est pas assez rapide, cependant, j’ai un planning très chargé, je fais comme je peux.

La relation avec mes auteurs est primordiale, je fais le maximum pour satisfaire tout le monde.


Ta maison d’édition publie essentiellement de la romance sous toutes ses formes comme l’érotique, l’historique, la dark, etc. Serais-tu un jour tentée d’agrandir ton catalogue avec des genres comme les thrillers, les livres pour enfants, les livres jeunesse, etc. ?


Le slogan étant « la romance dans tous ses états », à partir du moment où il y a une histoire d’amour, rien n’est impossible. La romance est considérée comme un sous-genre, mais elle a elle-même de nombreux sous-genres.

Dans la présentation de la maison d’édition, il est noté que les auteurs peuvent envoyer leurs manuscrits toute l’année. C’est assez rare de voir une maison d’édition qui ne ferme pas les soumissions périodiquement. As-tu une équipe (comité de lecture) qui gère les soumissions avec toi ?

Oui, il y a un comité de 6 personnes actuellement. Je laisse les soumissions ouvertes pour le moment, lorsque je n’aurai plus aucune place sur le planning à m+18, je les fermerai.

Donnes-tu toujours une raison à une réponse positive ou négative à une soumission ?

J’aimerais, mais je n’en ai malheureusement pas le temps.

Pour rester dans la présentation de la maison d’édition, il est indiqué que : « les textes doivent respecter nos valeurs morales. » Qu’entends-tu par valeurs morales ? Quels sont les textes qui seraient refusés à coup sûr ?

Je ne souhaite pas qu’il y ait de délation, de blasphème, de propos homophobes ou racistes, d’amalgame ou autre, qui pourraient vexer ou choquer le lectorat.

Un des points les plus positifs de Plumes de mimi éditions est cette présence constante dans divers salons des régions de France et de Belgique. Tu n’hésites pas toi-même à démarcher des grandes surfaces, médiathèques ou encore librairies pour que les romans de tes auteurs bénéficient d’une présence physique dans les rayons. Es-tu toujours bien accueillie par les différents commerçants qui gravitent dans l’univers du livre ?

Oui ! Lorsque je me présente, les bibliothécaires ou libraires, sont ravis et nous échangeons longuement. Je ne suis pas vue comme une commerciale qui prospecte. D’ailleurs, lorsque j’ai une baisse de moral, je vais présenter mon catalogue, et je retrouve immédiatement ma motivation. De nouveaux accords sont justement en vue pour les semaines à venir.

Quels sont tes objectifs éditoriaux à long terme ?

Je n’en ai pas vraiment, je me donne des objectifs au fil du temps, comme trouver de nouveaux accords en librairies, faire connaître mes auteurs au plus grand nombre, fidéliser les lecteurs. Toutefois, lorsque je rêve à un avenir merveilleux, j’imagine bien une librairie consacrée entièrement à PDME et un Festival des Plumettes qui ferait voyager les lecteurs dans plusieurs univers différents, avec des décors de folie…

As-tu déjà été tentée de tout laisser tomber ?

Non ! Mon métier me plaît tellement que je suis incapable de penser à cela. Je suis une véritable passionnée.

Une question difficile. As-tu des auteurs chouchous ou penses-tu sincèrement donner équitablement de ton temps à tous ? Dans la même veine de question, chaque maison d’édition à ses auteurs « vedettes », as-tu les tiens ou refuses-tu de mettre en avant un auteur plus qu’un autre ?

Je mets tout le monde au même niveau. Il m’arrive d’avoir plus d’affinités avec certaines, mais je ne mets personne plus en avant que les autres. Si un auteur est chez PDME, c’est qu’il le mérite. Je donne le temps nécessaire à chacune et fais en sorte de les satisfaire au maximum.

Une autre question, plus difficile encore. Certains auteurs pensent que les éditeurs sont des profiteurs vis-à-vis des auteurs. Qu’en penses-tu ?


Souvent, ces auteurs ne voient pas les bons graphiques. Je sais qu’ils ne gagnent pas grand-chose, alors que ce sont eux qui font le plus gros travail, seulement, nous ne gagnons pas plus qu’eux. Sur le prix d’un livre, nous retirons le coût d’impression, de livraison de l’imprimerie à notre dépôt, la marge du commerçant pour les ventes en librairie, les droits d’auteurs… Et à côté de cela, nous investissons les stocks, les marque-pages, les goodies, les frais de stands (très importants pour la plupart), nos déplacements, hébergement, frais de bouche… Dans tout cela, nous ne comptons pas, pour la plupart d’entre nous, nos heures de travail, de prospection…

Chaque année, tu recenses une liste de partenaires chroniqueurs ou chroniqueuses pour donner un compte-rendu de la lecture des romans de ta maison d’édition. Penses-tu qu’ils ont le pouvoir de multiplier les ventes ?


Clairement, oui. Certains ont plus d’influence que d’autres, néanmoins, ils sont tous très importants. On me dit souvent que l’on a connu la ME grâce à tel ou tel groupe de lecture.


Es-tu d’accord avec la théorie de certains auteurs ou lecteurs qui prétendent que la romance est de la sous-littérature ?

Non. De tout temps, la romance a toujours été largement critiquée par ceux qui n’en lisent pas. Pour ma part, je considère que la romance est une catégorie légitime. Il y a des histoires d’amour dans bon nombre de romans. Mais peut-être que ça fait kitch de lire de la romance pour les grands de ce monde !

Je pense que tu assumes presque seule une grande partie des charges d’un éditeur. As-tu l’intention dans les prochains mois d’agrandir ton équipe, avec, par exemple, un chargé de communication ?


J’y pense, seulement, je n’ai pas les moyens actuellement de payer quelqu’un pour cela. J’espère pouvoir y parvenir rapidement.


La vente de livres numériques a connu un énorme essor ces dernières années, dirais-tu que l’ensemble de ton catalogue se vende mieux en version numérique ou en version brochée ?


Oui. La plupart des titres se vendent 2 à 3 fois (voire plus) plus en ebook qu’en papier.


Si tu n’as pas encore d’ennemis, c’est le moment de t’en créer ! Tu vis dans le nord de la France, penses-tu que les lecteurs du nord sont plus chaleureux que ceux du sud de la France ?


En réalité, il y a plusieurs endroits en France où les lecteurs sont très accueillants : le nord, la région Parisienne, la Normandie et le sud. Pour le reste, j’ai l’impression qu’il est difficile de trouver des lecteurs, ou du moins d’en rencontrer. Toutefois, je ne dirais pas que les autres régions sont moins accueillantes ! Mais… j’avoue que dans le nord, nous sommes particulièrement accueillants. Je ne suis pas la seule à le dire ! 😁😁


Et… la question qui tue : pain au chocolat ou chocolatine ?

Pain au chocolat ! Et chez moi, on dit même : petit pain au chocolat !

Que dirais-tu aux auteurs qui hésitent à envoyer leurs textes à Plumes de mimi éditions pour les convaincre qu’ils ont choisi la bonne maison d’édition ?

S’ils aiment la convivialité, les échanges simples et transparents, le travail minutieux, que ce soit pour la couverture, la correction ou l’édito, ils sont au bon endroit. Nous travaillons en étroite collaboration, ils ont le droit de parole sur la couverture et les illustrations.

Je fais en sorte que l’ambiance soit cool, entre les plumettes, l’équipe PDME, les partenaires, etc. Je suis très disponible pour mes auteurs, ainsi que pour les lecteurs. Je blague souvent et mets les gens à l’aise, tout en restant professionnelle.


Que dirais-tu aux lectrices de romance pour les inciter à acheter les romans de Plumes de Mimi éditions ?

On me dit souvent que les couvertures sont sublimes, eh bien, elles reflètent tout simplement les histoires qu’elles représentent. Nous prenons le temps de dénicher les pépites parmi les manuscrits qui nous sont soumis, et mettons tout en œuvre pour les parfaire davantage. Il n’y a qu’à voir les avis que laissent les lecteurs sur notre site, pour la plupart, ce sont des coups de cœurs.


Émilie, voici venue la fin de l’interview. Un dernier mot pour les abonnés du blog ? Un message que tu voudrais faire passer ?


Merci ! Merci d’avoir lu cet interview jusqu’à la fin. J’espère que vous aurez envie de découvrir nos livres et que vous aussi, vous deviendrez lecteur/trice PDME. En tout cas, je serais ravie de vous rencontrer en salon, n’hésitez pas à venir papoter (sans aucune obligation d’achat !)

La question ultime. À la suite de ce superbe interview, penses-tu augmenter ma rémunération ou simplement m’offrir un avantage en nature comme du chocolat ?

Avec plaisir pour le chocolat ! C’est mieux que l’argent, non ? 😁😁

Euh…

Émilie, merci pour ce bel échange. J’espère que les auteurs et les lecteurs seront enchantés de découvrir l’univers du livre côté éditeur. Longue vie à Plumes de Mimi éditions.

Merci beaucoup, JC, ce fut un réel plaisir. Et merci à toi pour cette mise en avant de Plumes de Mimi éditions !

Et les auteurs de Plumes de Mimi éditions, que pensent-ils de leur ME et de leur éditrice ?

Emilie Achin n’est pas qu’une éditrice, c’est avant tout un être humain qui nous enveloppe de sa bienveillance et de sa gentillesse. Elle est protectrice envers ses auteurs et, telle Shiva, possède une dizaine de bras pour faire grandir sa maison d’édition. Cette autodidacte a su traverser les épreuves, je lui souhaite longue vie ainsi qu’à Plumes de Mimi éditions.

Émilie est une éditrice proche de ses auteurs, accueillante et bienveillante. J’en profite d’ailleurs pour la remercier d’avoir offert une nouvelle vie à mon premier roman, Promis… je ne craquerai pas ! et permis une aventure tout aussi belle avec la publication de Hey boy ! Décollage imminent, écrit à 4 mains.

J’ai trouvé dans cette ME ainsi qu’auprès de son éditrice, une vraie relation de confiance et de partage, de la bienveillance et un immense bonheur d’avoir accompli ensemble la publication de mes romans. Plumes de Mimi n’est pas seulement une ME, c’est aussi une grande famille dont je suis heureuse de faire partie.

Emi est une éditrice soucieuse de ses auteur.e.s et à l’écoute. Sa force, c’est qu’elle est aussi auteure, alors elle connaît nos besoins et sait y répondre efficacement.

Avec Émi et Plumes de Mimi Éditions, je me sens comme à la maison. Je cherchais une ME proche de ses auteurs, qui les laisse s’exprimer librement sur le papier, et je l’ai trouvée. Pas de pression, de la communication et une entente qui reste dans les limites de ce qui doit être. C’est ce qui me plaît, ce qui me convient et que je recommande sans hésitation. 😉

ME dynamique, sérieuse et très investie pour ses auteurs(es), supervisée d’une main de maître par Emi, son éditrice, qui est professionnelle et à l’écoute.

Emilie m’a offert la chance d’être éditée chez plumes de mimi éditions, il y a bientôt 2 ans ( déjà! ). L’esprit d’équipe est bien présente au sein de PDME et son éditrice est gentille, à l’écoute et fait tout son possible afin de promouvoir des auteurs. PS : elle adore qu’on l’appelle Cheffe ne l’oubliez pas la prochaine fois que vous la croisez 😉

PS de Jc : On reconnaît tout de suite les fayots. 😂😂

PDME est une formidable aventure littéraire et humaine pour moi. Émilie Achin, l’éditrice, s’investit corps et âme dans sa mission de promouvoir ses autrices.

N’hésitez pas à découvrir le catalogue de Plumes de Mimi éditions :

Pour retrouver Plumes de Mimi sur les réseaux sociaux :

N’hésitez pas à nous faire part de vos impression. Avez-vous trouvez l’article intéressant en tant que lecteur, éditeur ou encore auteur ? Connaissiez-vous la maison d’éditions? Avez-vous déjà lu certains livres des auteurs ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :